Thursday, 10 November 2011

L’enfance d’un chef

Il lui arrivait parfois de regretter ses complexes: ils étaient solides, ils pesaient lourd, leur énorme masse sombre le lestait. À présent, c’était fini, Lucien n’y croyait plus et il se sentait d’une légèreté pénible. Ça n’était pas tellement désagréable, d’ailleurs, c’était plutôt une sorte de désenchantement très supportable, un peu écœurant, qui pouvait, à la rigueur, passer pour de l’ennui. «Je ne suis rien, pensait-il, mais c’est parce que rien ne m’a sali. Berliac, lui, est salement engagé. Je peux bien supporter un peu d’incertitude: c’est la rançon de la pureté.»

Jean-Paul Sartre

No comments:

Post a Comment